Le hardanger, un loisir qui peut vous intéresser

Le hardanger est l’appellation que porte la broderie norvégienne. Cette broderie est à points comptés et à motifs découpés. Elle tient son nom de la région d’où elle vient, la région Hardanger en Norvège. Aujourd’hui, elle n’est pas encore très connue en France, mais il y a tout de même quelques associations qui le gardent en vie. Nous allons consacrer ce dossier à cette broderie norvégienne.

Les particularités de cette broderie norvégienne

À la différence de la broderie classique, le hardanger consiste à créer un tableau de plusieurs motifs comme l’abécédaire ou le sampler. Pour ce faire, la brodeuse a recours aux différents points de broderie. Pour apporter plus d’originalité au travail, on peut ajourer la toile étamine ou effectuer un relief en travaillant sur plusieurs couches.

La toile : la base de la broderie

Pour faire du hardanger, vous pouvez utiliser de la toile étamine ou de la toile Lugana. Ces toiles possèdent un tissage régulier, ce qui vous permet de compter plus facilement les fils. Même si vous prenez des fils de coton de la même couleur que la toile, le comptage ne sera pas compliqué. Il est important de ne pas se tromper lorsque vous comptez les fils et il est également conseillé de toujours vérifier son ouvrage à chaque étape.

Quelques points essentiels à cette broderie norvégienne

Pour faire du hardanger, vous pouvez effectuer plusieurs points. Cependant, certains points sont très utilisés dans la réalisation de la broderie norvégienne. C’est le cas du point passé plat pour les blocs et pour les étoiles, les barrettes ou les brides pour faire un surjet ou un point de reprise. Pensez également à apprendre le point d’esprit, le point de Malte, le point de piqure, le point étoilé et le point de tige.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *